Édition du vendredi 18 octobre | spectacles à tarifs réduits !
Vos places pour le théâtre, café théâtre, concerts, humour et loisirs !

Espace Client
/ Connexion
Mot de passe oublié? CLIQUEZ ICI
ok

CABARET DANS LE GHETTO CE QUE JE LISAIS AUX MORTS

Categories du Spectacle  :  

Archivesthéâtre  |  théâtre contemporain
Theatre spectacle : CABARET DANS LE GHETTO  CE QUE JE LISAIS AUX MORTS
Dans la presse

Les Podcasts

Impression


W?adys?aw Szlengel (1911-1943) fut la voix grinçante du ghetto de Varsovie. Jeune chansonnier avant-guerre, il conduisait des revues satiriques au café " Sztuka " en compagnie de Wiera Gran et du pianiste Wladyslaw Szpilman (héros du film " Le pianiste " de Polanski).

Poète résistant, Szlengel se voit surtout " chroniqueur des naufragés ". Il lisait encore des " poèmes documents " à des gens qui croyaient en leur survie ; il voulait en faire " les mémoires du fond de l'enfer". Depuis, ces gens ont disparu : " En l'espace d'une heure, poursuit-il, ces textes sont devenus des poèmes que je lisais aux morts… "

Ici, contre l'anéantissement - le poète brandit son poème, contre la machinerie du totalitarisme - il oppose l'humour grinçant. Contre le quotidien terrifiant ? il soulève des couches de souvenirs et berce l'inquiétude par son inébranlable foi dans l'humain et sa capacité de se sauver par la parole.

Avec l'acharnement et l'irrévérence propre à la jeunesse, le poète, dans le geste de la théâtralisation de ses textes devant les spectateurs réunis, invente et appelle à un art de penser.

Cette audace et cette force de dérision nous interpellent au présent.

Sur scène 3 interprètes en parlé-chanté-dansé pour questionner l'endroit de résistance. C'est un cabaret abstrait et grinçant, que nous inventons aujourd'hui sur une scène de théâtre.


Réserver

1


Ce spectacle est proposé par Carrefour Spectacles
 

Écrire une critique